#International

Macron promet aux maires une décentralisation «réelle et audacieuse»

PARIS: Absent de marque du congrès des maires cette année, Emmanuel Macron s’est engagé mercredi devant un millier d’élus réunis à l’Elysée à mener dans « l’année qui vient » une décentralisation « réelle et audacieuse », accompagnée d’une « refonte » de la fiscalité locale.

« Nous avons un système qui est cul par dessus tête », a lancé à son auditoire le président de la République, fixant « quatre objectifs pour l’année qui vient » pour « désembrouiller » le fonctionnement des collectivités locales.

A commencer par la décentralisation, qu’il souhaite « réelle et audacieuse » pour que chacun sache enfin « clairement qui fait quoi » car « le partage des compétences ça ne marche pas ».

Et de prendre pour exemple le RSA sur lequel « les départements n’ont aucune responsabilité », tout en se demandant s’il est « raisonnable » de garder « l’essentiel de la politique du logement au niveau central ».

Quitte à redistribuer les cartes, le chef de l’Etat s’est aussi dit « prêt à ce qu’on rouvre » le débat sur la fiscalité, en confiant au Comité des finances locales « un travail de refonte de la DGF » – la dotation globale de financement, principale ressource des communes, départements et régions – pour aboutir à « un système plus juste, plus clair et plus lisible ».

Le chef de l’Etat a ensuite vanté « le couple maire-préfet » en modèle d’une simplification qui supposera selon lui de « bousculer un peu tout le monde », en donnant « plus de place à la déconcentration et au droit de déroger ».

Ce chantier nécessitera toutefois d’être « courageux sur la responsabilité pénale des décideurs locaux, qu’ils soient élus ou fonctionnaires », a-t-il ajouté, estimant que « le risque judiciaire a inhibé l’initiative ».

Reconnaissant qu’il n’avait « pas réussi à entraver » les démissions de maires, signe d’un « découragement », il a indiqué qu’un texte de loi abordant notamment les questions de rémunération, de formation et de reconversion des élus locaux serait « finalisé l’année prochaine » pour « régler une partie du problème ».

Un discours bien accueillie par le maire de Briançon (Hautes-Alpes), Arnaud Murgia, qui a jugé le chef de l’Etat « au rendez-vous des annonces concrètes » avec la volonté « d’ouvrir les bons chantiers de manière pertinente ».

Le président « a posé les vrais sujets », a également estimé Thibault Guignard, édile de Ploeuc-L’Hermitage (Côtes-d’Armor), qui retient que M. Macron s’est exprimé « avec les mots de quelqu’un qui a compris le message des maires ».

Mais le président de l’Association des maires de France (AMF), David Lisnard, est resté sceptique. « L’AMF attend des actes », a réagi le maire de Cannes auprès de l’AFP, notant que « certains éléments » avancés par le chef de l’Etat « reprennent les propositions et aspirations répétées » des élus locaux.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *