#International

Macron prévient Israël que «la destruction totale du Hamas» entraînerait «dix ans» de guerre

PARIS: Le président français, Emmanuel Macron, a prévenu samedi Israël que l’objectif d’une « destruction totale du Hamas » devait être « précisé », car il risquait d’engendrer « dix ans » de guerre, appelant ainsi à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le-feu durable ».

« La destruction totale du Hamas », « est-ce que quelqu’un pense que c’est possible? », a lancé le chef d’Etat lors d’une conférence de presse en marge de la COP28 à Dubaï.

« Si c’est ça (l’objectif), la guerre durera dix ans », a-t-il poursuivi, demandant à ce que « cet objectif soit précisé » par « les autorités israéliennes », brandissant également le spectre d’une « guerre sans fin ».

Alors qu’Israël pilonne la bande de Gaza en représailles à l’attaque sanglante du Hamas le 7 octobre, « la bonne lutte contre le terrorisme n’est pas le bombardement systématique et permanent », a encore estimé M. Macron, exprimant son « inquiétude » après l’expiration vendredi de la trêve entre Israël et le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza.

« La bonne réponse contre un groupe terroriste n’est pas de supprimer l’intégralité d’un territoire ou de bombarder l’intégralité des capacités civiles », a encore insisté le président français.

M. Macron a affirmé qu’il en allait de la « sécurité durable » d’Israël, qui ne pourrait pas être garantie si elle « se fait au prix des vies palestiniennes, et donc du ressentiment de toutes les opinions publiques dans la région ».

Redoubler d’efforts 

Dans cette perspective, il a appelé à « redoubler d’efforts pour parvenir à un cessez-le feu-durable, pour obtenir la libération de tous les otages encore détenus par le Hamas et apporter à la population de Gaza l’aide dont elle a urgemment besoin ».

Le chef de l’Etat français a également plaidé pour « donner à Israël la certitude que sa sécurité est rétablie tout en répondant aux aspirations légitimes des Palestiniens, en réalisant la finalité politique qui est la promesse des deux Etats ».

« Quand on a une approche sécuritaire où le désespoir politique nourrit tous les ressentiments, on ne construit pas sa propre sécurité dans la durée », a encore averti M. Macron, faisant valoir le « droit légitime du peuple palestinien à avoir un Etat ».

Concernant la libération des otages encore détenus par le Hamas, il a dit « avoir besoin de plusieurs jours de travail », évoquant « une négociation permanente qui se poursuit », alors que quatre ressortissants français sont considérés comme otages ou portés disparus depuis le 7 octobre.

Dans ce but, le président français doit faire samedi soir escale au Qatar pour un dîner avec cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, l’émir de ce pays au coeur des négociations pour la trêve et la libération d’otages.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *