#International

Israël est un «ami» de l’Espagne, assure Sánchez tout en restant sur sa ligne

MADRID: Pedro Sánchez a assuré vendredi qu’Israël était « un ami de l’Espagne », au lendemain du rappel par l’Etat hébreu de son ambassadrice dans le pays après des propos jugés « scandaleux » du Premier ministre espagnol sur les opérations militaires israéliennes à Gaza.

L’Espagnol, l’une des voix les plus critiques au sein de l’UE vis-à-vis d’Israël, a toutefois maintenu son positionnement sur le conflit entre l’Etat hébreu et le Hamas qui provoque depuis plusieurs jours des tensions entre Madrid et le gouvernement de Benjamin Netanyahou.

Dans un message publié sur X (ex-Twitter), M. Sánchez indique avoir « répété qu’Israël est un allié, un ami de l’Espagne », lors d’une conversation téléphonique avec l’ex-ministre israélien de la Défense et actuel membre du cabinet de guerre, Benny Gantz.

« Une fois de plus, j’ai condamné les attentats terroristes du Hamas du 7 octobre », a poursuivi le Premier ministre espagnol, selon lequel « Israël a le droit de se défendre ».

« Mais j’ai réaffirmé que l’Espagne jugeait insupportable la mort de civils à Gaza et qu’Israël devait respecter le droit international humanitaire », a-t-il conclu.

Israël a annoncé jeudi rappeler « pour consultations » son ambassadrice en Espagne après des propos jugés « scandaleux » du Premier ministre espagnol.

Ce dernier avait indiqué, à la télévision publique espagnole, avoir de « sérieux doutes » sur le respect par Israël du droit international, vu « le nombre croissant de personnes qui meurent, surtout de jeunes garçons et filles » à Gaza.

Les prises de positions de Pedro Sánchez, qui juge que la reconnaissance de l’Etat palestinien est dans « l’intérêt de l’Europe », suscitent des tensions depuis plusieurs jours avec le gouvernement Netanyahou qui l’a accusé de « soutenir le terrorisme ».

La guerre entre Israël et le Hamas a été déclenchée par l’attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien. Selon Israël, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque.

En représailles, Israël, qui a juré d' »anéantir » le Hamas, a bombardé sans relâche la bande de Gaza, où son armée est entrée, avant le début d’une trêve le 24 novembre, qui a pris fin vendredi matin. Selon le gouvernement du Hamas, plus de 15.000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza, parmi lesquelles 6.150 âgées de moins de 18 ans.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *