#International

Gaza: Les civils palestiniens se dirigent vers le sud pour échapper aux frappes aériennes

DJEDDAH: Des milliers de civils palestiniens ont quitté le nord de la bande de Gaza mercredi, dans une procession désespérée, à la recherche d’un refuge contre les frappes aériennes israéliennes et les violents combats au sol entre les troupes israéliennes et les combattants du Hamas.

Alors que les réfugiés fuient en masse, des négociations sont en cours, sous l’égide du Qatar, pour libérer une douzaine d’otages détenus par le Hamas en échange d’un arrêt humanitaire de trois jours des bombardements israéliens.

«Les pourparlers portent sur la libération de 12 otages, dont la moitié sont des Américains, en échange d’une pause humanitaire de trois jours afin de permettre au Hamas de libérer les otages et à l’Égypte de disposer d’un délai supplémentaire pour acheminer l’aide humanitaire», a révélé une source du Hamas. «Il y a un désaccord sur la durée et sur le nord de la bande de Gaza, qui est le théâtre de vastes opérations de combat. Le Qatar attend une réponse israélienne.»

Israël a demandé aux Palestiniens de quitter le nord de Gaza, qui est encerclé par ses forces blindées, sous peine d’être pris au piège de la violence. Mais les parties centrales et méridionales de l’enclave ont également essuyé de nouveaux tirs alors que la guerre entre dans son deuxième mois.

Une frappe aérienne qui a touché des maisons dans le camp de réfugiés de Nusseirat mercredi matin a tué 18 personnes. À Khan Younès, six personnes, dont une jeune fille, ont été tuées dans une frappe aérienne.

«Nous étions assis en paix quand, tout à coup, une frappe aérienne de F-16 a touché une maison et l’a fait exploser, tout le pâté de maisons, trois maisons côte à côte», a déclaré Mohammed Abou Daqa, un habitant du voisinage.

«Des civils, tous des civils. Une vieille femme, un vieil homme et d’autres disparus sous les décombres», a-t-il indiqué.

Alléger les souffrances des civils

Des milliers d’autres civils restent à l’intérieur de la zone nord encerclée, notamment à l’hôpital Al-Shifa de Gaza, où Umm Haitham Hejela s’est réfugiée avec ses jeunes enfants dans une tente improvisée.

«La situation s’aggrave de jour en jour», a-t-elle signalé. «Il n’y a pas de nourriture, pas d’eau. Lorsque mon fils va chercher de l’eau, il fait la queue pendant trois ou quatre heures. Les boulangeries ont été touchées, nous n’avons pas de pain.»

Les représentants de l’ONU et du G7 ont multiplié les appels à une pause humanitaire afin d’alléger les souffrances des civils à Gaza, où des quartiers entiers ont été rasés par les bombardements israéliens et où les produits de première nécessité sont presque épuisés.

«Il est important de faire comprendre à Israël qu’il est contraire à ses intérêts de voir chaque jour l’image terrible des besoins humanitaires dramatiques du peuple palestinien», a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. «Cela n’aide pas Israël par rapport à l’opinion publique mondiale.»

Les autorités palestiniennes ont déclaré que 10 569 personnes avaient été tuées, dont 40% d’enfants. Le niveau de mort et de souffrance est «difficile à comprendre», a souligné Christian Lindmeier, porte-parole de l’agence des Nations unies pour la santé.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *